Historique de la JL Basket

Contact

Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  

Questions

1967/1968 - Le talentueux J.L ROEDIGER rouage essentiel d'une séduisante équipe de la J.L. BOURG

A l'issue du match J.L. BOURG - C.R.O., le lyonnais DEVARD fut le premier à féliciter les joueurs Bressans.

"Vous nous valiez deux fois aujourd'hui et vous avez bien mérité votre victoire..."
Un peu plus tard DEVARD ajoutai à notre intention : "Tout de même, 22 points d'écart, c'est lourd, très très lourd."
Ceux qui seraient tentés de relever une contradiction dans les propos des Croix Roussiens feraient fausse route.
Ils est évident que si notre interlocuteur a mis l'accent sur une très nette différence faite par la J.L. BOURG au détriment de sa rivale, ce
n'est pas pour la contester, mais plutôt pour traduire un sentiment d'amère déception.
Elle est légitime en ce qui le concerne, car l'intéressé a tout fait pour que, précisément, la défaite de son club soit honorable.
N'a t'il pas 26 points dont 16 (sur 23) en première mi-temps ?
Sans DEVARD, le leader aurait connu la déroute face à une équipe Bressane qui nous a procuré toute les satisfactions au cours d'un match qu'elle aborda avec une rare détermination, qu'elle conduisit avec autorité et sang-froid et dont elle conservera toujours le contrôle.

LES JEUNES LOUPS
On n'insistera sans doute jamais assez suu le rôle prépondérant que jouèrent les jeunes loups de la J.L..
Ce sont eux qui portèrent un premier et rude coup aux Lyonnais, par l'intermédiaire de Jean-Luc ROEDIGER et de Roger WUNSCHEL, extrêmement adroits.
La C.R.O. avait choisi d'appliquer la zone. Celle-ci se révéla très très vite totalement inefficace, mais lorsque les visiteurs l'abandonnèrent au profit de
l'individuelle, il était déjà trop tard. Mis en confiance par leur réussite, les tireurs Bressans ne laissèrent pas impressionner et continuèrent à aligner
régulièrement les paniers jusqu'au repos. Si, par la suite, ils marquèrent moins, leur activité fut tout aussi grande au sein d'un ensemble animé avec
clairvoyance par les anciens et manœuvrant avec habileté. Et l'on put mieux apprécier alors toutes les possibilités de la formation locale, énergique en
défense à l'exemple d'un MONNET damant le pion à des adversaires de métier, mobile et souvent inspiré en attaque. Du bon travail collectif avec en exergue de talentueuses actions de ROEDIGER qui a prouvé plus que jamais qu'il était un rouage indispensable à la bonne marche d'une équipe dont la mutation s'accomplit favorablement.

QUE DE PROMESSES POUR L'AVENIR ...